20 janvier 2017

Génie ou travail ? qu'est-ce que je choisirais ?

A l'instant, je lis une partition de Josquin des Prez et je rêve depuis l'enfance de chanter cette pièce, le Miserere, dans un choeur où nous serions un ou deux par voix, pas plus.

Olivier l'a fait. J'ai chanté avec Olivier. Pas une grande voix, mais une grande fiabilité : Olivier travaille ses partitions comme il travaille sa voix, la Nature lui a donné l'intelligence, elle l'a oublié en voix. Pourtant, c'est Olivier qui a chanté du Josquin des Prez, donné des concerts, enregistré des disques, pas moi. Le travail opiniâtre, plus sûrement que le génie, a donné là un résultat probant.

En écrivant cette parole, a peu que le coeur ne me fend (François Villon). C'est qu'en ces temps-là, je pensais qu'absence de génie condamnait le travail à la stérilité. N'étant pas génial, j'arrêtai de travailler. Adieu, Josquin.

J'avais été ébloui par des génies dans leur genre (4 élèves en 30 ans de carrière, dit mon prof de piano). Devenus professeurs, incapables de dire comment ils réussissaient, ils étaient également incapables de comprendre comment l'élève ne réussissait pas. Piètres collègues.

Puis j'ai rencontré des maîtres sans génie évident, or, chacun savait expliquer comment faire et réussir. Tous comprenaient mes difficultés et m'aidaient efficacement à les surmonter. 

Dans la relation d'aide, mieux vaut un maître moyennement doué et bon pédagogue. Le plus grand nombre s'en porte mieux. Le progrès collectif s'en ressent plus clairement.

Ainsi, plus que du génie, nous avons besoin de pédagogie et de travail, il me semble. Qu'en dites-vous ?

Posté par RetourExperience à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,