Je confie ma C5 Break GPL injection liquide à un garagiste du cru. Il la voit pour la première fois.

Quelques heures plus tard, il m'appelle.

- Votre pompe GPL, elle ne marche pas ! 

- Ca se traduit comment ?

- Quand je mets le contact, elle ne s'enclenche pas.

- C'est normal, je suis allé aux limites de la consommation GPL pour que vous puissiez accéder à cette pompe et la lubrifier, justement.

- Merci à vous, mais la pompe, même avec une quantité insuffisante de GPL dans le réservoir, doit s'enclencher au contact.

- Euh, non, ce n'est pas ce qu'elle fait d'habitude. Quand le niveau de GPL est insuffisant, elle ne s'enclenche pas.

- C'est pas possible ! elle doit s'enclencher.

- Je suis surpris de ce que vous me dites. Je roule avec ce système depuis 13 ans et 300.000 km et je vous confirme que, selon moi, dans cette configuration, la pompe de s'enclenche pas.

- Attendez, je demande à mon assistant.

Quelques minutes plus tard...

- Mon assistant est catégorique : la pompe s'enclenche quel que soit le niveau de GPL. Votre pompe est H.S., désolé.

Le lendemain...

- J'ai ouvert votre réservoir de GPL. En fait, il en reste, du GPL, dedans.

- C'est normal, c'est une pompe immergée, il doit toujours rester au moins 6 litres de GPL dans le réservoir pour immerger la pompe.

- C'est bizarre.

- Ah, et puis je viens d'appeler l'installateur GPL, il m'a confirmé que lorsque le niveau de GPL est insuffisant, la pompe ne s'enclenche pas.

- Ah ? Bon, je veux en avoir le coeur net, je vais mettre quelques litres de GPL dedans et je vous rappelle.

- Bonne idée. 

L'après-midi :

- Je reviens de la station GPL. La pompe s'enclenche, maintenant, mais elle fait un bruit de crécelle et s'arrête au bout de quelques minutes. Votre pompe est H.S.

- OK. Je vous propose que je reprenne ma voiture et que je la mette sous observation quelques centaines de kilomètres, 

- Oui, comme ça vous verrez. De toutes façons, il vaudrait mieux la confier à l'installateur, directement.

J'ai donc repris la voiture. La pompe fonctionne parfaitement, deux pleins plus tard j'ai abattu 1.000 km sans soucis. Je serais curieux de savoir ce qu'a appris mon garagiste. Je n'irai pas le lui demander, en effet :

  1. il a fait preuve d'incompétence, dont il s'est caché sous couvert de son expérience.
    Ce que j'ai entendu dans ma tête en tant que client : "Quand est-ce qu'il acceptera la réalité ? Quand est-ce qu'il apprendra ? Est-ce à moi de lui apprendre ? J'ai peur face à ce déni de réalité ! Fuyons !"

  2. il s'est arrêté au premier obstacle, aucune recherche auprès de ses collègues spécialistes, il avait les coordonnées de l'installateur gravées sur l'installation, c'est sous ma pression qu'il a mis en oeuvre un protocole de diagnostic.
    Ma pensée automatique : "Il faut que je lui apprenne son métier !" "Comment oserais-je seulement lui suggérer une idée qui doit venir de lui, le spécialiste ?" "Il va s'arrêter ainsi à chaque obstacle ?" "Est-ce à moi de connaître mieux la technique que lui ?" "Est-ce à moi de coordonner les recherches ?"

  3. et sa relation à ma parole me pose problème. 
    Ce que mon cerveau me sussurre : "Il doute de ma parole ! Il me prend pour un idiot."


Homme que je ferai en sorte de ne plus revoir.

Question NPS, je suis pour lui un détracteur actif puisque j'écris ce post en guise de retour d'expérience.