01 octobre 2017

Pourquoi former des chefs de projet est (souvent) si inefficace ?

Parfois, former des collaborateurs au management de projet ne change rien. Les apprenants comprennent que le management de projet, c'est du Gros Bon Sens. Seulement, leurs manageurs, eux, n'ont pas été formés à leur rôle spécifique dans le projet et, c'est naturel, ils freinent. Au retour de la formation, les apprenants retrouvent la situation comme ils l'avaient laissée, avant la formation.

Cela produit :

  • des chefs de projet de plus en plus forts en tableurs et en diagrammes de Gantt,
  • des décisions qu'on n'arrive pas à prendre, parce que les protagonistes ne se laissent pas atteindre,
  • un projet qui n'avance pas mieux, hélas.

Le Modèle ADKAR® est pertinent à utiliser dans ce cas, pour comprendre ce qui se passe, et aussi pour créer une adhésion des acteurs concernés à la nouvelle façon de procéder dans l'organisation.

Pour continuer la lecture, rendez-vous sur cet article dans ce site tout nouveau consacré au juste nécessaire dans le management d'une initiative et d'un projet.


19 novembre 2013

Projet 4.1 Jusqu'à quand fait-on l'effort ? Comment s'assurer qu'on évitera ces ornières la fois prochaine ? (clôture)

Les dîners dans la belle-famille ne sont pas ma tasse de thé. Cela étant, mon beau-frère et moi sommes motards, et lors des réunions de famille, nos échanges à propos des deux roues ont usé la patience des convives, jusqu'à ce que le pater familias (mon beau-père) autorise que les deux beaux-frères parlent moto pour un temps limité : le "1/4h moto" : les bonnes routes, les accidents évités de justesse, l'équipement qui fait la différence - le tout en référence à des expériences vécues et partagées oralement entre collègues affrontés aux mêmes dangers, ressentant la même vulnérabilité.

Hypothèse / affirmation - savoir. Pas de plaqué or : on s'arrête quand on a atteint les objectifs (quitte à lancer une autre initiative). L'expérience des autres ne me profite pas, à moins que...

Outil - savoir-faire. REX, comme Retour d'EXpérience.

Comment faire pour que mon expérience serve aux autres ? Comment ai-je fait pour que l'expérience des autres me serve, à moi ?

Croyez-le ou non, la relecture d'une expérience vécue par une personne à mes yeux légitime, c'est un puissant transfert d'expérience. Entre autres raisons, parce que, pendant que j'écoute mon beau-frère me narrer son exploit, mon imagination carbure et me représente la situation avec mon propre vécu. Son camion cacheur de piéton, je le vois. Son odeur de gasoil sur la chaussée, je la sens. Son conducteur qui brûle un stop, je l'évite. Son motard énervé qui double par la droite, je le fusille du regard.

Dans le cadre professionnel, la réunion de service pourrait (devrait) susciter le "1/4h initiative" ou les "15 mn projet". Cela suppose une dépénalisation de l'erreur, c'est à dire que celui qui communique sur une erreur qu'il a commise est remercié pour son retour d'expérience, non pas sanctionné.

Si la personne craint d'être sanctionnée, il y a gros à parier qu'elle se taira. Question : Qu'est-ce qui empêche le retour d'expérience sur les erreurs ? Réponses :

  • la culture de la punition, pour 86% des sondés. 
  • le manque de temps, pour 42% des sondés. 

(Crainte de la punition et non-transmission des erreurs dans le contrôle aérien anglais, cité par Christian Morel, p. 164.)

Expérimentation - savoir-être. Inviter le commanditaire à faire le point avec les parties prenantes. Recueillir ensemble et formaliser les leçons du projet.

Références - savoir. ADKAR®, leçons apprises. Christian Morel, Les décisions absurdes - Tome 2, Comment les éviter, Editions Gallimard, 2012.

Parties prenantes - responsabilité. Commanditaire, parties prenantes.

Posté par RetourExperience à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,