800 candidats pour chacun des postes de chefs de clinique, un processus de filtrage de haut vol, des interviews toutes plus sélectives les unes que les autres et huit heureux jeunes gens et jeunes filles qui intègreront la clinique réputée dans le monde entier. Quelques rares couacs, pourtant. Certains se comportent mal avec les infirmières, parfois même avec les patients. Insupportable, car contraire aux valeurs de l'établissement.

Mais comment est-ce possible, se demandent les docteurs, que le processus draconien de recrutement ait laissé passer de tels cas ? 

A cela, les secrétaires, répondent : nous, nous l'avions anticipé, à la façon dont ce candidat se comportait avec nous. Mais c'était la crême des candidats lors des interviews avec nous autres docteurs !? Oui, docteur, avec vous, pas avec nous.

Moralité : en fin de processus, nous autres docteurs avons reçu les derniers candidats de la short list, peu de différence entre eux, tous très bons. Comme nous avons une hésitation, demandons à la secrétaire de trancher, elle choisira le bon candidat. (sur d'autres critères que ceux que nous sommes aptes à juger, et qui sont importants).