Gérard dirige des projets dans l'automobile, des projets de conception et de réalisation de parties complexes d'un véhicule : le tableau de bord. Conversation avec son manageur :

Manageur : Félicitations pour ton projet, vous avez livré avec 114 jours d'avance sur le planning, contre 90 jours de retard en moyenne pour ce genre de projet. Comment avez-vous fait ?

Gérard : Le facteur-clé, c'est que l'équipe a utilisé l'application PDM (Product Development Management), tout simplement.

Note : L'application PDM en question est une base de données dans laquelle les concepteurs et les fabricants partagent les fichiers techniques des pièces fabriquées : conceptions 3D, dessins 2D, dossiers réglementaires, etc.

Manageur : Ah oui, c'est vrai, l'application PDM, c'est ton dada !

Gérard comprend que l'organisation considère l'application PDM comme une option, sans plus. De fait, parmi les collaborateurs ciblés, seuls 20% utilisent l'application PDM, les autres restent adeptes d'un tableur bien connu pour son excel-lence. 

Hélas, le projet d'une nouvelle version de l'application PDM suit le même chemin : un déploiement inspiré de la croyance "bonne application + bonne formation = bonne utilisation".

Le Modèle ADKAR® est non seulement opérationnel, il est prédictif. Commanditaires silencieux (conscience nulle), management juste informé (désir mou), donc : la nouvelle application restera le dada de certains, non le standard de tous.